LYRICS


LA CULTURE DU DEPIT

Ça y est on est pris au piège de l'ordre économique de cette machine boulimique, qui noircit tant de vies sur son passage, mais on s'habitue c'est d'usage, et cela depuis un si grand nombre d'années, que ça va être dur de se retourner en dépit du fait que l'on a pu remarquer que cette route là était barrée. On a bien vu que l'on avait commis des bévues que l'on se devait d'assumer. On a reçu la leçon qu'on méritait, y'a toujours un jour où il faut payer l'addition. On aurait dû être plus méfiant lorsque l'on en était qu'aux balbutiements, car maintenant, il semble difficile d'espérer vivre sans. Je ne sais pas combien de temps tout ça durera mais il n'y a vraiment pas de quoi se rassurer, reste à avancer en essayant de ne pas avoir les deux yeux fermés, comme ça a pu être le cas maintes et maintes fois par le passé. Nos erreurs n'ont pas dû suffire, on préfère souffrir que réagir et on avance en sachant que nos chances de faire bombance ne sont pas immenses. Et le temps nous dit de cultiver nos différences, de se méfier des occurrences.


PRIS AU PIEGE

Comme on a de cesse de vouloir améliorer le confort de la cage dans laquelle nous nous sommes enfermés, il y a de ça si longtemps, que ça devient vraiment pas évident, de se dire que l'on n'a pas toujours été dedans. On se retrouve prisonnier d'une cage que l'on s'est fabriquée. Enfermé depuis si longtemps que ça devient pas évident de réussir à se dire que l'on a pu vivre sans.


ENTITE EN FRICHE

Entité en friche, de la débauche façon pastiche ! En tout cas merci, il y a longtemps que je n'avais pas autant ri devant un spectacle gratuit. Je suis sidéré que l'on puisse se considérer déconditionné quand tant d'attitudes sont programmées. Vouloir être soi-même, c'est donc ça la nouvelle révolution ! Solution aux problèmes ? Ou alors simple résignation coercitive ?


LA MISE AU PAS

J'espère que je ne m'habituerai jamais au plaisir simple qui s'offre à moi, ne pas se priver, mais ne pas dériver vers l'excès qui mène au désarroi. J'attends... J'espère que je ne m'habituerai jamais aux rires, aux joies et à la sympathie, mais aussi que mon cerveau ne sera pas obstrué par ces habitudes qui nous asphyxient. J'attends avec tant d'appréhension, la mise au pas, les restrictions. On s'éreinte dans des choses qui n'en valent vraiment pas la peine.


SANS SUBSTANCE

Condamné à vivre toujours dans l'urgence. Si peu d'instants libres et tellement sans substance. Condamné à vivre sans cesse dans l'errance. Et ces théories rigides qui régissent l'existence. Même si elles n'ont plus aucun sens, même si elles n'ont plus aucune chance.
S'efforcer de pouvoir se poser quelques instants et puis se dire que ça ne sert à rien de décoller si on ne sait pas où atterrir. La course est déjà commencée, bien sûr elle est partie sans moi, mais je me fous d'être le premier, après tout, tout ça pour gagner quoi ?


STOPPE NET

Stoppé net en plein élan, à peine le temps de relever la tête ou de faire le moindre mouvement. On a cru naïvement qu'on pourrait tout contrôler. Mais il est peut-être l'heure de se remettre en question sur les directions prises par erreur.

com01 - june 2007

NUNKA ID - La Culture Du Dépit



nunka id - la culture du depit

1. La culture du dépit [mp3 | ogg]
2. Pris au piège [mp3 | ogg]
3. Entité en friche [mp3 | ogg]
4. La mise au pas [mp3 | ogg]
5. Sans substance [mp3 | ogg]
6. Stoppé net [mp3 | ogg]


Artworks made by Emilien.

Recorded in Caen (France) by Rodolphe BESNEHARD, december 2005.